Maman épuisée; allaitement, cris la nuit, douleur et désespoir: allergies et intolérances alimentaires.

Ou le désespoir d’une maman allaitante, des parents en manque de sommeil. Ou reconnaître les RGO et intolérances et allergies aux PLV.

C’est souvent tabou, mais pour les parents qui le vivent c’est infernal. Un bébé qui pleure, qui hurle, qui ne dort pas, ou se réveille aux heures, deux heures. . .  Coliques, hurlements, marcher marcher, et rebelote dès qu’on pose notre bébé.

42433056 - tired mother carrying a crying baby at night

Quand on est nouveau parents, on s’attend à des petites nuits, surtout si maman allaite, forcément. Mais il y a des limites à ce qu’on peut supporter, mentalement et physiquement. Tous ne sont pas égaux face au sommeil, face aux cris d’un bébé naissant inconsolable. Certains gèrent bien et font appel à de l’aide, familiale, médicale. D’autre se remettent en question, sont abattue, sombrent dans le désespoir. Personne ne devrait « subir » la venue d’un nouveau membre dans la famille.

 

Parfois ce n’est que passager, des coliques, des poussées dentaires etc. Parfois on connait la raison, ça aide. Mais quand on est impuissant à calmer et soulager notre bébé, quand on crie: j’en peux plus! dans le secret désespérer de notre coeur. Que dire quand on à des enfants plus vieux qui ne font que subir l’épuisement parental en plus du leur, nous rendant encore  la vie plus impossible si c’est imaginable. 😦

J’ai vu un cris du coeur d’une maman, et ça m’a donner envie d’écrire ce billet. Pour donner des pistes de solutions aussi à certains parents exténuer.

J’ai eu la « chance » à ma première que le médecin généraliste soit réactif et dès le premier mois. Diagnostique: RGO, soit reflux gastro œsophagiens. En gros, certain soir on avait droit à poltergeist à la maison avec des jets de régurgitation allant à plus d’un mètre. . . Sinon, c’était un bébé qui prenait pas beaucoup de poids, ce qui est stressant, qui était constamment à gémir, à se tortiller, et qui ne dormait que sur papa et surtout, sur maman. Et encore, 2-3 heures de suite seulement. Le nombre de nuit que j’ai passer assise à avoir des torticolis au réveil d’une sieste nocturne (je pouvais pas appeler ça des nuits) parce que j’ai dormi le « cou cassé » car épuisée je m’étais endormie avec le bébé dans les bras (dans mon lit avec plains d’oreillers, je vous rassure).

Alors oui ça soulage quand le médecin diagnostique des reflux causant brûlement et prescrit quelque chose. Déjà ça soulage bébé, puis ça permet des siestes plus longues, et un meilleur repos pour tous. Sauf que. . . ça n’enlève pas la cause! Donc, oui pendant 3-4 mois elle recevait sa petite dose d’alcalinisant. Ça la soulageait, mais ça m’enchantait guère. Et sans compter l’hyper vigilance parentale qui s’était installée et qui restait car bébé pouvait s’étouffer dans ses glaires et devait dormir en angle.

Alors maman naturo à chercher et, oui forcément j’avais le temps la nuit en berçant bébé vous me direz, mais non avec le médicament anti acidité elle faisait des nuit de 5-6 heures, ce qui était une nette amélioration. N’empêche, je voulais trouver la cause et  j’ai porté mon attention sur les différents symptômes d’intolérances alimentaires.

-Reflux  accompagné de troubles du transit (coliques, constipation ou diarrhée)
-Peau très sèche
-Hoquet; souvent et creux
-Nez prit (la morve au nez quoi)
-Régurgitation très acide ou glaireuse
-Gémissement douloureux et gigotage en dormant
-Selles glaireuses (gluante)
-Cernes et yeux rougit même en se 
réveillant
-Humeur de m**de (mais ça se comprend)

Je me suis dis qu’il valait la peine d’en parler au médecin, car je soupçonnais une intolérances au lait. Bibou avait 6 mois, j’allaitais, j’étais épuisée, impuissante, zhom aidait de son mieux mais voila voila. On est aller voir une pédiatre. On m’a prescrit une préparation de lait sans lactose. Ce tiraillement de devoir cesser l’allaitement sera sujet d’un autre billet. Mais le fait est qu’au 3 ième jour (donc 2 nuits avec la préparation pour nourrisson), 12 heures, elle a dormi 12 heures, et dans son petit lit! Quel soulagement pour tous.

Mon seul regret c’est de ne pas avoir eu a l’époque un soutien pour continuer l’allaitement avec un régime d’éviction. Mais zhom et moi même n’étions pas vraiment conscient que ça pouvait être fait. Je le mentionne pour celle qui pourrait et serait prête à le faire 🙂

Finalement après quelques mois on a pu voir un allergologue et il à été supposer une intolérance aux produits laitiers de vache (PLV), à la protéine bovine (PB). Avec le temps on a aussi détecter par test et éviction l’intolérances au riz et au maïs. Ça fait près de deux ans maintenant, et bientôt il y aura une prise de sang pour vérifier si c’est encore le cas, si ont peut faire de la réintroduction. Avec un peu de chance, pour ma pépète, ça lui sera passé. Mais, je n’ai pas grand espoir car elle a encore des soucis digestifs et des pleurs/douleurs la nuit. Mais bon, on trouvera! ^^

Je vous laisse aussi le lien de ce groupe de maman qui s’entraide pour les intos et allergies, il ne faut pas rester dans son coin!
Allergie**Intolérance  – Vivre et comprendre !

Et ces excellent articles qui pose des bases, attention ce n’est pas non plus des articles approuvé et prouvé scientifiquement mais le resultat de recherches et d’observations d’une maman rigoureuse 🙂

Ce qui permet de comprendre… pour mieux vivre, par Emmanuelle Lévesque 

Et ces deux article plus scientifiquement rigoureux et explicatif.
Allergies-alimentaires.org : SEIPA (FPIES)
Le test des intolérances alimentaires

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s